Changements récents - Rechercher:

Accueil

Dossiers locaux

Le Collectif Migrants

Le Collectif Autruche

Dossiers nationaux

Divers

modifier le menu

Gestion de l'eau et de l'assainissement à Cognac

La gestion de l’eau à Cognac

Cognac fait partie du SIEAAC (Syndicat Intercommunal de l'Eau et de l'Assainissement de l'Agglomération de Cognac) regroupant les communes de Cognac, Châteaubernard, Merpins et Saint-Brice.

Le SIEAAC a délégué à la Compagnie Générale des Eaux (devenu Véolia) ses services de l'eau et de l'assainissement par un contrat d'affermage signé le 1er janvier 1975. La durée initiale du contrat de 10 ans a été prolongé par des avenants successifs, portant la durée totale de la délégation à 32 ans. Le contrat a expiré le 31 décembre 2007, mais a été reconduit par nos élus pour 12 années supplémentaires, soit jusqu'en 2019.

Début 2006, le SIEAAC a commandé un audit, à la demande de l'opposition locale, pour évaluer les modes de gestion. A savoir choisir entre une régie directe (gérer par le SIEAAC en direct) ou la poursuite de la délégation (continuer a confier la gestion à une entreprise privée). Cet audit a rendu ses conclusions en avril 2006 : malgré le coût inférieur de la régie (estimation du coût des services, en régie : entre 2 992 et 3 291 K€ ; en délégation : 3 652 K€), il a été jugé préférable par nos élus de rester en délégation, limitant ainsi les problèmes liés à la technique et les responsabilités des élus.

Le problème d’un choix politique sur la gestion de l’eau n’a pas eu place dans le vote qui a eu lieu un mois après le résultat de cet audit. Le SIEAAC a voté pour une nouvelle délégation de la gestion de son eau, pour 12 ans. Ce vote a eu lieu sans débat public, ni débat au sein de chaque conseil municipal (pourtant réclamé par l'opposition Cognaçaise et des élus de Châteaubernard).

Depuis 2008, Véolia est donc a nouveau aux manettes et le nouveau SIEAAC (siège à Châteaubernard) semble encore moins actif que le précédent...

Le comité de défense des services publics de Cognac a publié et distribué un document de 4 pages fin novembre 2006. Ce document établi à partir de l'audit du cabinet DE Conseil a repris en détail l'analyse financière des coûts d'une régie publique pour aboutir à un coût bien moindre pour l'usager.

Ce document est disponible ici : "L’eau à moitié prix, c’est possible : une régie intercommunale" (pdf - 272 Ko)

Le 30 octobre 2007 et sans surprise : le SIEAAC a voté le renouvellement du contrat de délégation de service public à la société Véolia pour la gestion de l'eau et l'assainissement pour 12 années. Le SIEAAC a négocié des conditions plus restrictives et une baisse notable du prix de l'eau : 50% de réduction du prix consenti à Véolia, ce qui diminu la facture totale des clients d'environ 22%. Lors des débats cette baisse a été présenté comme une victoire, bien sur mais malgré les amortissements du premier contrat cela fait donc des années que Véolia pompe 50% de marge aux citoyens tout en n'entretenant presque plus de réseau. Ainsi fin 2007 Véolia Cognac dégage un bénéfice de 256 400 euros.

Voir des extraits de l'analyse des offres par le bureau du SIEAAC.

Mi-janvier 2008, le comité de défense des services publics dépose un recours auprès du tribunal administratif de Poitiers au sujet de vices de procédures et du manque de transparence sur les tarifs votés. Le SIEAAC se défend bien sur et Véolia se lance dans l'arène a son tour avec un cabinet d'avocat Parisien et réclame même 3000 euros de dommage. Les ressources de l'association ne permettent pas de faire appel à un avocat et l'association défendra son dossier seule. Au final le tribunal administratif renverra tout le monde dans les cordes en ne prenant aucune décision sur le fond et jugeant notre requête pas assez fondés (voir le compte-rendu sur le blog du Comité local) et déboutant Véolia de toute indemnité.

Depuis le SIEAAC est peu actif, les dossiers ne sont pas gérés dans une perspective de long terme. Les problèmes pointés dès 2006 par l'audit ne sont pas pris en main :

  • Faible taux de renouvellement du réseau : toujours très faible, de l'ordre de 0,25% par an, soit un renouvellement à neuf sur 400 ans !
  • Aucune solution envisagée pour régler les problèmes de saturation de la station d'épuration qui s'amplifient chaque année
  • Aucune solution envisagée concernant un approvisionnement alternatif en ressource eau brute
  • même la protection des captages est au point mort

Cycle de l'eau à Cognac


Cliquez pour voir en grand format

Statistiques SIEAAC-Véolia


Éditer - Historique - Imprimer - Changements récents - Rechercher
Page mise à jour le 17/11/2013 11:02